Suivre @jamplus sur Twitter, un « réseau sans Nom-Du-Père »…

Rappelez-vous. JAM nous a invité il y a quelques jours à le suivre sur Twitter, et nous sommes quelques uns, de plus en plus nombreux, à l’avoir suivi. « Où nous emmenez-vous? » lui twittais-je alors.

Sa réponse est une « pépite » de Twitter :

Eh bien, chère midite, que je découvre sur Twitter, je vous emmène, ni vingt mille lieux sous les mers, ni autour de la Terre, ni de la Terre à la Lune. Je vous emmène là où, jadis, j’ai déjà emmené une petite fille qui vous ressemblait – au Pays des Merveilles, qui est partout et nulle part, comme disait Maurice Merleau-Ponty, mais plutôt nulle part sur cette Terre.

Oui, c’est un monde qui a la propriété de nullibiété, à savoir d’être nulle part – comme la lettre volée, détournée – dont parle Dr Lacan, avec dues références à l’évêque Wilkins et JL. Borges. […]

Vous savez, chère midite – et vraiment, quel charmant pseudo vous avez choisi, un nom qui chuchote, un nom qui se sussurre, un nom pour se parler à l’oreille, alors que mon jamplus, c’est un coup de clairon, « jam vous en donne plus », avec une voix de stentor, c’est très Monsieur Muscle, Hercule de foire, alors que vous, c’est « Glissez, mortels, n’appuyez pas… », c’est »masques et begamasques », très fêtes galantes… – vous me demandez où je vous emmène  – eh bien, hier encore, je ne savais pas très bien, mais, ces mystères me dépassant, je feignais, sur les conseils du cher Cocteau, d’en être l’organisateur, Zarathoustra et compagnie. Mais c’est fini : grâce à olirip, j’ai retrouvé mes esprits. Je discerne des formes, j’entrevois une logique, j’infère un réel (ISR).

Jusqu’ici, notre Twitter-World est essentiellement vectorialisé par le fameux jamplus – le bien-nommé, tout de même, acr il fonctionne comme ça pour les 232 – 239 maintenant – qui le suivent, tandis que lui, il ne suit personne. « Suivre jamplus » veut dire « recevoir ses messages ». C’est sur la réception de ces messages émis par un seul que s’est constituée cette communauté croissante. Il s’agit qu’elle devienne croassante, si je puis dire, bruissante, bavarde, « parlanchina » – adjectif que j’ai découvert pas plus tard qu’hier en traduisant le texte de ma chère Marta Serra.

Un seul cause dans le poste, comme le Dieu du buisson ardent. Comme Moïse descendu du Sinaï. Comme le Big Brother de 1984. Quelques frémissements pourtant se font entendre : ceux qui ont trouvé le bouton « Direct message » réussissent, comme midite, à envoyer des messages personnels à jamplus, et obtiennent parfois des réponses du Vieux de la Montagne. Et quand jamplus répond à midite, on se croirait revenu dans les « villages » du Tendre, qui s’appellent « Billet-galant » et « Billet-doux ». Très Louis XIV, tout ça, très « talon rouge ». Eh bien – tambours ! trompettes ! – nous allons maintenant sauter par dessus les siècles, et entrer dans le 21e.

Fini le monothéisme ! Encore un effort pour être païens ! A bas le la communication asymétrique ! Mort au sujet supposé savoir !Maintenant, tout le monde y cause, tout le monde, y sait ! Et vive le son, et vieve le son… de la cacophonie !

Emotion ! « Birth of a Nation » ! Entrée dans le siècle ! Aplatissement des hiérarchies, « anything goes », en roue libre, à vau l’eau. Chacun des 232, qui ont en commun de « suivre jamplus », vont, non pas lui couper le cou, mais transformer le malheureux Un-tout-seul en un-entre-autres. Chacun va se mettre à « suivre » chacun des autres. Les 232 récepteurs vont devenir autant d’émetteurs. Grand désordre dans la communication ! Bordel généralisé ! Et personne ne pourra lire tout ! Fini le Un, fini le Tout ! Grand autodafé de Uns et de Touts ! danse sauvage autour des flammes ! Debout, les Bacchantes ! C’est l’heure du berger, si je puis dire – « Blanche, Vénus émerge, et c’est la Nuit ». C’est l’heure de le metre en pièces, votre berger, de le dévorer. Fini, le berger roupillant pendant que le caresse la Lune. Tout le monde, y cause !

Ils vont souffrir au 21e siècle, je vous le dis, ceux qui en restent au XXe, c’est à dire à l’âge de Versailles ou du Vatican – Vati-cannot – autant dire à l’âge des cavernes. Explosé, le sujet supposé savoir ! Avec un trou gros comme ça ! pas la peine de chanter sur tous les tons des péans à S de grand A barré, pour ne pas le reconnaître quand Il vient à nous, veut être auprès de nous – comme l’Absolu de Hegel, qui nous colle, et pas qu’un peu.

Twitter, le discours universel en réduction !Celan univers de discour, mais pastout, et pas-un ! la plus lacanienne des inventions de notre prodigieux 21e siècle ! Du jaspinage à l’infini ! Sans foi ni loi ! Et, please, ne faîtes pas les dégoûtés ! Ce ne sera que conneries, inepte bla bla, prises de pieds, pollutions signifiantes, rumeurs, erreurs, tumeurs ? Et comment donc ! Juste comme l’histoire de l’humanité !

Voilà l’expérience que nous allons vivre maintenant. Ça ne s’imagine pas à l’avance. Faut y aller. Après, on verra bien ce qu’on pourra en tirer. Qu’est-ce qu’on pourra modérer, orienter, réguler, rendre utile. Il y aura ceux qui voudront, ceux qui ne voudront pas. Dans quelle proportion ? Mystère. Combien supporteront ? Combien s’adonneront ? Combien attendront ? Combien partiront, arriveront ? Combien de langues ? Laquelle la plus parlée ? Combien d’écoles, de groupes, de sous-groupes ? Qu’est-ce qui surnagera ?

Je m’y mets, dans le silence de la nuit. Je commencerai par « suivre » ceux que je connais, et quelques-uns que je ne connais pas. Cela se fait un par un, pas d’algorithme universel sur Twitter, encore un bon signe.

Le Journal, c’est bien. Mais sur la planète Twitter, comme dit midite, pas d’éditeur, pas de diffuseurs, pas de centre : un réseau sans queue ni tête, sans Nom-du-Père, ni voie romaine.

Et, au moment des Journées, en temps réel, nous saurons « tout » ce qui se passe…


1 commentaire

Classé dans Grain de sel

Une réponse à “Suivre @jamplus sur Twitter, un « réseau sans Nom-Du-Père »…

  1. mary andre

    C’est un très jolie texte…une déclaration d’amourire.j’en tombe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s